parions sur la coupe du monde de football (web)

dans: pari en ligne par: admin

La presse internationale porte aux nues les « Conquistadors » espagnols

dans: afrique du sud 2010 par: admin

espagne-championneLe 11 juin, l’Espagne a remporté la Coupe du Monde, après une soirée magique sur le stade Soccer City de Johannesburg. Andres Iniesta a inscrit le seul but de la partie contre les Pays-Bas, devenant le héros d’un pays entier.

« Iniesta nous porte au Paradis », a écrit le quotidien Marca. « Nous sommes champions du monde!!! L’Espagne a gagné sa place dans le panthéon du football grâce à un but inscrit par Inista vers la fin de la deuxième période des prolongations, dans la finale avec les Pays-Bas et en dépit d’un mauvais arbitrage. On a dû souffrir, mais cela a valu la peine et le rêve est devenu réalité », note le journal espagnol.

La presse de la Péninsule ibérique et non seulement, est aux pieds de la Furia Roja:

« Les champions du monde! Nous te remercions, Iniesta », c’est le titre du quotidien As. « L’équipe nationale a mérité la victoire devant une équipe des Pays-Bas qui n’a cessé d’être dure pendant toute la partie. Mauvaise prestation de l’arbitre Howard Webb, qui a montré 12 cartons jaunes et a éliminé Heitinga, mais n’a pas sanctionné De Jong, Van Bommel et Robben », a écrit la même source. « Le but de Iniesta quatre minutes avant la fin des prolongations a offert à l’Espagne le premier titre mondial de son histoire. Le but le plus important de notre vie, qui est maintenant aussi immortel que le génie né pour nous rendre heureux! »

Dans le quotidien Sport, on lit: « Iniestazo II et…les Rois du monde! L’équipe nationale de l’Espagne a enfin rompu la malédiction et est devenue championne du monde pour la première fois dans l’histoire. Un triomphe de tous les joueurs mais notamment des huit de FC Barcelona (Xavi, Iniesta, Puyol, Piqué, Pedro, Busquets, Valdés, Villa), qui font partie de cette merveilleuse équipe de footballeurs et surtout, d’amis » a précisé le journal espagnol.

« Champions du monde en style Barça! », c’est un autre titre du quotidien, qui a ajouté: « Apothéotique, incroyable, inégalable…il n’y a plus de mots pour décrire ce qu’a fait cette équipe, qui est devenue championne du monde après avoir gagné aussi le Championnat Européen en 2008″.

« Iniestazo et les champions! » a ponctué Mundo Deportivo, tandis que « El Mundo » a écrit tout simplement, sur la première page: « Espagne, Espagne, Espagne! »

La Vanguarda a remarqué: « L’Espagne mécanique a conquis le monde », en référence à l’adversaire des Espagnols dans la finale: l’équipe des Pays-Bas, surnommée « L’Orange mécanique ».

« L’Espagne, championne du monde », a résonné El Pais. « Le jour du 11 juillet est un jour historique pour le sport national. L’Espagne a remporté son premier trophée mondial. Un « golazo » de Iniesta quatre minutes avant la fin a clôturé une partie agonisante, pendant laquelle il y a eu des occasions des deux côtés et les Pays-Bas ont joué très dur. A 80 ans de la première édition de la Coupe du Monde, l’Espagne est devenue la huitième championne. Le rêve s’est accompli! »

La presse internationale a aussi vibré au triomphe de l’Espagne. Gazetta dello Sport: « Les conquistadors! L’Espagne est la championne du monde! »

The Guardian: « L’Espagne est la reine de l’Europe, le rêve des Pays-Bas sombre en peine! »

Daily Mail: « Viva Espana! Iniesta a anéanti les rêves des Néerlandais! »

L’Espagne, pour la première fois en finale de la Coupe du Monde!

dans: afrique du sud 2010 par: admin

puyolLes spectateurs de la finale Euro 2008 ont eu le 7 juillet le déjà-vu, à la deuxième demi-finale de la Coupe du Monde 2010. Les mêmes équipes, le même score: Espagne – Allemagne, 1-0. La Mannschaft ratera la finale du Mondial, impuissante à prendre la revanche sur une Espagne qui se trouve en pleine époque d’or.

L’Europe a conquis l’Amérique du Sud et a dominé en Afrique, on l’a su indéniablement après la victoire des Pays-Bas sur l’Uruguay. La question qui se pose encore est qui sera la championne. Pour qu’ils puissent penser au titre mondial, tant les Allemands que les Espagnols avaient besoin de s’éliminer réciproquement. De ce « tout ou rien » a commencé un jeu entre David (Villa) et Goliat (Klose) – au moins du point de vue du palmarès des formations aux Coupes du Monde. Comptant trois titres dans son palmarès, l’Allemagne luttait pour la huitième finale, alors que l’Espagne se trouvait pour la première fois devant la possibilité de jouer pour le plus important trophée du football.

Sur le terrain, le rapport de forces a été renversé. On a ressenti la tension, le désir et la crainte. Conscientes que toute erreur pourrait leur coûter la finale, les équipes n’ont pas pu se manifester tel qu’elles l’avaient fait auparavant. Les Allemands ont gardé leur calme, les Espagnols se sont montrés impatients. Créativité et rigueur, une course d’usure déroulée notamment dans la moitié allemande. Villa (7′ et 55′) et Pedro (59′) ont mis à l’épreuve la puissante défense adverse, tandis que les Allemands avaient l’air d’attendre les arrêtes ou les tirs au but, où ils ont le dessus. Ce n’est qu’à la 69e minute que Kroos, à peine entré sur le terrain, a eu la chance réelle d’inscrire. Pour le reste, les Allemands ont maintenu une défense impénétrable.

A la 73e minute, les remparts ont cédé,incroyablement: sur un coup de coin exécuté par Xavi, Puyol a repris de la tête le ballon qui n’a pas pu être arrêté par Neuer: Le désespoir s’est ensuite emparé de la Mannschaft, pour laquelle un but est devenu décisif. Mais tout essai a été bloqué avec acharnement par les hommes de la Roja, qui ont finalement confirmé la prédiction de Paul le poulpe: l’Espagne dans sa première finale de la Coupe du Monde!

Les Pays-Bas, vers un rêve inaccompli

dans: afrique du sud 2010 par: admin

pbAprès la demi-finale Uruguay – Pays-Bas, une chose est sûre: le trophée du Mondial restera sur le Vieux Continent, la dernière représentante de l’Amérique du Sud s’étant arrêtée à la pénultième épreuve de la compétition.

L’Orange Mécanique s’est qualifié en finale de la Coupe du Monde après une attente de 32 ans. Robben, Sneijder et toute l’équipe ont lutté pour le rêve inaccompli de la génération de Johan Cruijff – le titre mondial.

L’attente des Néerlandais a pris fin: l’équipe nationale jouera de nouveau l’acte final de la Coupe du Monde. Depuis 1978, les Hollandais y ont rêvé, et leurs espoirs sont maintenant recompensées sur terre africaine. Van Bronckhorst (18′), Sneijder (70′) et Robben (73′) ont marqué dans la cage des Uruguayens et les réussites de Forlan (41′) et Pereira (92′) n’ont pas pu empêcher la défaite des Sud-Américains.

Un grand point d’interrogation reste quand-même après cette partie: la validité du but inscrit par Sneijder. Van Persie, qui a manifesté l’intention de jouer le ballon, même s’il ne l’a pas touché, était sur hors-jeu au moment du tir.

Les meilleures performances des Pays-Bas à la Coupe du Monde ont été les finales de 1974 (perdue à 1-2 devant l’Allemagne) et 1978 (perdue à 1-3 devant l’Argentine). Outre cela, les Néerlandais ont remporté le trophée européen en 1988, après une finale avec la Russie (score 2-0). En tout, les Pays-Bas comptent 9 présences au championnat mondial, dont la première en 1934.
Le meilleur buteur de leur histoire: Patrick Kluivert – 40 buts en 79 parties.
Le plus grand nombre de sélections: Edwin Van der Sar – 130, entre 1995 et 2008.

L’Espagne prend sa revanche sur un Portugal décevant

dans: afrique du sud 2010 par: admin

espagneLe buteur de l’Euro 2008 est de nouveau sous les feux de la rampe! Le 29 juin, David Villa a marqué le seul but de la partie déroulée à Cape Town contre le Portugal, menant l’Espagne dans les quarts de finale de la Coupe du Monde 2010.
Le succès de l’Espagne vient exactement deux ans après une grande performance: le titre européen en 2008. Le 29 juin il y a deux ans, l’Espagne remportait la victoire décisive devant l’Allemagne (1-0), dans la finale de l’Euro 2008. L’auteur du but qui couronnait son parcours était alors Fernando Torres.

Craignant le potentiel de l’adversaire, les Espagnols ont débuté énergiquement et ont raté trois occasions dans les 3 premières minutes, par Torres (2′) et Villa (3′, 7′), mais chaque fois, le gardien Eduardo a été au poste. Son homologue espagnol, Casillas, a été également sollicité par Tiago (20′) et Ronaldo (28′), dans une première période de jeu dominée sans doute par la formation de Vincente del Bosque.

Dans la deuxième mi-temps, La Roja a eu une grande occasion, par Llorente (60′), Eduardo repoussant le ballon repris de la tête par l’attaquant espagnol, sur un centre de Sergio Ramos. Villa a finalement ouvert le score à la 63e minute, envoyant aux filets le ballon repoussé par le gardien Eduardo à son premier tir. Pour le nouvel attaquant de Barcelone, c’était le 42e but à l’équipe nationale.

Il s’en est fallu de peu que Ramos augmente l’avantage de l’Espagne, mais Eduardo a repoussé le tir de l’arrière. D’ailleurs, Eduardo a été le meilleur joueur du Portugal, se faisant remarquer aussi à la 77e minute, lorsque David Villa a de nouveau attaqué. Le score final a été quand-même celui établi à la 63e minute par Villa, 1-0 – une victoire méritée par la Roja, qui aura une mission un peu plus facile dans les quarts, où elle rencontrera le Paraguay.
Mais si l’Espagne fait la fiesta après avoir laissé derrière un adversaire redoutable, la presse portugaise passe un savon aux compatriotes, accusés pour avoir joué sans ambition et pour avoir trop attendu de Cristiano Ronaldo.

« Qu’avons-nous fait pour mériter ça? » se demande le journal Publico. « Ronaldo est passé à côté du Mondial. Mourinho a dit que le Portugal ne gagnerait pas la CM même si Ronaldo évoluait à mille à l’heure. Mais il n’a pas atteint ni même la vitesse de croisière ».

« Ronaldo a fait l’un des plus faibles match depuis qu’il joue à l’équipe nationale », écrit aussi Correio da Manha, tandis que le quotidien A Bola note que le capitaine portugais « a quitté le mondial sans y laisser ses empreintes ».

Le sélectionneur Queiroz est l’une des principales cibles des attaques. Un « entraîneur sans ambition » qui a fait l’immense erreur de sortir du terrain l’attaquant Hugo Almeida à la 58e minute.

La photo du gardien portugais Eduardo, en pleurs après la défaite, domine la première page des journaux, qui saluent sa « magnifique performance ».

« Eduardo ne méritait pas cette défaite », écrit Correio da Manha, qui consigne dans ses pages « la fin du rêve » et « l’énorme déception qui règne dans le pays ».

Le miracle slovaque n’a plus tenu devant les Pays-Bas

dans: afrique du sud 2010 par: admin

robbenLes Pays-Bas ont joué le 28 juin leur meilleur match du Mondial 2010 à ce jour et ont dépassé sans efforts la Slovaquie, se qualifiant dans les quarts de finale. La victoire est due en grande mesure à Arjen Robben, buteur et principale source d’ennuis pour la défense slovaque.

Disposée en formation 4-2-3-1, l’Orange de Van Marwijk est plus « mécanique » qu’on la croyait. Vigoureuse, rapide et difficile à dépasser en défensive, l’équipe néerlandaise avait besoin d’une étincelle qui lui donne le lustre d’une championne du monde. L’étincelle a été allumée à temps, par Arjen Robben.

C’est lui qui a ouvert le score, à la 18e minute, au bout d’une action individuelle qui le caractérise: sprint à droite, conduite du ballon à l’intérieur du terrain et tir de la jambe gauche. Jusqu’à ce moment-là, les équipes avaient cherché les buts par des tirs à distance, expédiés par Jendrisek (2′) et Hamsik (6′) du côté slovaque, van Persie (7′) et Sneijder (11′) du côté néerlandais.

Les Pays-Bas ont pressé au début de la deuxième période et pouvaient augmenter l’avantage, mais le gardien Mucha a trois fois repoussé l’attaque de Robben (50′), Mathijsen (51′) et le coup franc de Van Persie (59′).

La Slovaquie a eu son premier tir sur la surface de but à la 67e minute, par Stoch, mais Stekelenburg a sauvé le but, comme il l’a fait aussi un peu plus tard, devant Vittek. Les formations ont eu chacune deux autres occasions, les Néerlandais par Kuyt (73′) et les Slovaques par Vittek (78′). Toutefois, Sneijder a porté la marque à 2-0 à la 84e minute.

Le but d’honneur des Slovaques a été marqué par l’attaquant Robert Vittek, à la 94e minute, sur un tir de réparation. Vittek a ainsi marqué son quatrième but au Mondial 2010, étant le buteur à égalité avec Higuaian. En même temps, il est le buteur numéro un de la Slovaquie, avec 23 réussites.

La sélection des Pays-Bas compte, à ce jour, 22 parties consécutives sans défaite, et rencontrera dans les quarts le Brésil, qui a disposé du Chili (3-0) dans l’autre partie de la soirée.

L’Argentine, dans les quarts, pour défier l’Allemagne

dans: afrique du sud 2010 par: admin

arg2L’Argentine s’est frayé chemin vers les quarts de finale avec une victoire devant le Mexique, score 3-1. L’arbitre a donné une première « impulsion » aux Pumas de Maradona, validant un but de Tevez marqué sur hors-jeu. Toutefois, les Argentins ont gagné de belle manière la place dans le prochain tour de la compétition, avec deux autres buts (Higuaian et Tevez, pour la deuxième fois). Dans les quarts, l’Argentine affrontera la puissante équipe de Joachim Loew, la sélection allemande.

La défensive mexicaine a réussi à étouffer les tentatives d’attaque des Argentins dans les 25 premières minutes de la partie, mais une erreur d’arbitrage a mené au changement de la marque, à la 26e minute: Messi envoie la balle à Tevez, Perez a une intervention devant le joueur de Manchester City, mais échappe la balle en avant. Messi centre de nouveau à Tevez, qui inscrit d’une position de hors-jeu. Pendant quelques minutes, les Mexicains essaient de convaincre l’arbitre italien de revenir sur sa décision, mais le but est validé.

Sept minutes plus tard, l’Argentine a mené le score à 2-0, par Higuaian. A la fin de la première période, les esprits se sont échauffés dans le chemin vers le vestiaire, le gardien argentin Romero étant impliqué dans une bagarre avec un attaquant mexicain.

Dans la deuxième période, Tevez a de nouveau marqué, tirant excellemment au-delà de la surface de 16 mètres, à la 52e minute.

Les Mexicains ont inscrit le but d’honneur à la 71e minute, par Hernandez.

L’Espagne, dans une corrida décisive pour les 8es

dans: afrique du sud 2010 par: admin

espagneLes matchs du groupe H, Chili-Espagne et Suisse-Honduras, qui se disputeront le 25 juin, feront tomber le rideau sur le premier tour de la Coupe du Monde.

Ce groupe pourrait mener à une situation unique dans l’histoire des tournois finaux. Trois équipes (l’Espagne, le Chili et la Suisse) pourraient finir à une égalité de 6 points, et l’une d’elles devra retourner à la maison. Pour que cette situation soit concrétisée, il faut que l’Espagne domine le Chili et que la Suisse triomphe sur le Honduras.

Au sein de la « Furia Roja », la tension est aux cotes maximales. Un pays entier attend son premier titre mondial de l’histoire. Les Espagnols n’ont pas été épargnés des critiques ni après le succès face au Honduras (2-0) et un résultat autre qu’une victoire contre les Chiliens représenterait l’élimination de la compétition, synonyme de la catastrophe.

Vincente del Bosque, le sélectionneur de l’Espagne, a tenu à infirmer les idées liées à l’état de tension de son équipe. « Je suis très calme, mes joueurs sont également très calmes, nous sommes concentrés sur le jeu avec le Chili. Il n’est pas question de pression ou de tensions, tel que disent les gens de l’extérieur », a déclaré Del Bosque à la presse espagnole.

Un désagrément a eu quand-même lieu, parce que la FIFA a interdit aux équipes de s’entraîner sur le stade « Loftus Versfeld », sur lequel se déroulera la partie.

Dans l’autre match du groupe H, la Suisse rencontre le Honduras, une formation sans aucune chance de se qualifier dans les 8es.

La Suisse a des chances réelles. Une remise lui suffirait, à condition que le Chili vainque l’Espagne.

Le groupe G tranchera les résultats plus tôt, par les deux premiers match du vendredi, 25 juin. Mais là, les problèmes sont à peu près résolus: le Portugal et le Brésil disputeront dans le match direct la première place dans le groupe, tandis que la Corée du Nord et la Côte d’Ivoire joueront seulement pour l’amour de l’orgueil.

Mathématiquement, les Ivoiriens ont des chances de qualification, mais pratiquement, ce serait presque impossible à réaliser. L’équipe de Drogba devrait battre les Coréens à une différence considérable de buts et les Portugais devraient être humiliés par les Brésiliens.

L’Italie quitte la Coupe du Monde en pleurs…

dans: afrique du sud 2010 par: admin

L’incroyable s’est passé: la championne du monde en titre sort de la compétition, dès la première étape du tournoi final, dans un groupe qui paraissait très facile à la première vue. La Slovaquie, qui l’a vaincueit2 à 3-2, prendra sa place dans les 8es.

Un doublé de Vittel et un but de Kopunek ont mené les Slovaques parmi les 16 premières équipes de football du monde. Pour l’Italie, ont marqué Di Natale et Quagliarella. La Squadra Azzura a eu aussi un but annulé pour position hors-jeu et un autre tir a été repoussé par le Slovaque Skrtel sur la ligne de la cage.

L’échec stupéfiant de leur sélection nationale de football a mis en colère la presse italienne.

« Humiliés par la Slovaquie, nous rentrons à la maison », écrit Gazzetta dello Sport, tandis que Corrierre dello Sport décrit « la catastrophique Italie ». Il Giornale parle d’une « Italie minuscule », condamnée surtout par sa propre médiocrité.

« Rien à faire. La Slovaquie, débutante à la Coupe du Monde, va dans les huitièmes. Pour nous, le tournoi est fini, mais commence le procès. L’Italie n’a plus quitté la Coupe du Monde après l’étape des groupes depuis 1974″, commente encore Gazzetta dello Sport, alors que Tuttosport accuse Lippi pour ne pas avoir renoncé aux joueurs aînés, avec lesquels on a gagné le titre mondial il y a quatre ans.

« Il ne nous reste plus qu’à pleurer », déplore également le site d’informations sportives napolisport.net. La Repubblica note que l’Italie a été le 24 juin, la plus déplaisante de son histoire.

Dans les huitièmes, la Slovaquie devra faire face aux Pays-Bas, sortis victorieux du groupe G, tandis que le Paraguay, la gagnante du groupe F, se mesurera avec le Japon, la deuxième équipe asiatique restée en compétition.

Les groupes C et D envoient les gagnantes dans les 8es de finale

dans: afrique du sud 2010 par: admin

allemagne1Les huitièmes approchent. D’ici la fin de semaine (25 juin) on connaîtra tous les résultats des groupes et le programme intégral des 8es. Pour le moment, après les groupes A et B, les résultats des quatre matchs disputés le 23 juin mettent fin à la compétition dans les deux autres groupes suivants – C et D.

Selon ces résultats, on a pu établir deux autres matchs des 8es: Allemagne – Angleterre et Etats-Unis – Ghana.

Dans le groupe C, l’Angleterre a disposé de la Slovénie sur le score 1-0, grâce à l’exploit de Jermain Defoe à la 23e minute.

Les Anglais devaient normalement jouer en maillots rouges, mais ils ont décidé de se vêtir tout en rouge, les supporters considérant que de cette façon, ils auront plus de bonne chance.

L’Angleterre a joué pour la première fois en rouge en 1962, dans un match amical qu’ils ont gagné devant le Pérou, 4-0. En 1963, l’Angleterre a triomphé sur la Tchécoslovaquie, score 4-2 et ensuite sur la Belgique en 1970, 3-1. La dernière fois qu’ils ont porté l’équipement rouge, en 1995, ils ont été battus par le Brésil, 3-1.

Dans l’autre match du groupe C, les Etats-Unis ont réussi à renverser la situation dans la dernière minute des arrêts, se qualifiant pour les 8es de finale.

A la 91e minute, Landon Donovan a inscrit le seul but de la partie contre l’Algérie et a évincé la Slovénie de la deuxième position dans le classement du groupe.

De l’autre côté, l’Algérie a fini la CM 2010 sur de faibles statistiques. Selon la FIFA, dans les deux premiers matchs, l’Algérie a eu seulement deux tirs sur les buts.

Dans le groupe D, le Ghana a rencontré l’Allemagne (0-1), qui a misé sur une victoire pour atteindre les huitièmes de finale. Le but décisif pour la qualification a été marqué à la 60e minute par le demi Mesut Ozil.

L’Allemagne et le Ghana se sont qualifiés les deux, grâce aussi au résultat de l’autre match du groupe D, où la Serbie n’a pas abouti à l’emporter sur l’Australie.

Dans le match précédent, la Fédération Ghanéenne de Football a averti le joueur Sulley Muntari pour la « conduite furibonde » au vestiaire, après le match avec l’Australie. La colère du joueur est venue du fait qu’il était entré sur le terrain dans les dernières minutes de jeu.

Après un début spectaculaire contre l’Australie (4-1), l’Allemagne a raté son coup dans la deuxième rencontre, mise au pied du mur par la Serbie, 0-1.

Le Ghana et la Serbie s’étaient affrontés une seule fois auparavant, à savoir en 1993, lorsque l’Allemagne a battu le Ghana à 6-1.

Dans le deuxième match de la soirée, l’Australie a surclassé la Serbie (2-1), mais il  n’a pas été assez pour se qualifier dans les étapes supérieures de la Coupe du Monde.

Le demi australien Tim Cahill a marqué à la 69e minute, secondé par Brett Holman à la 73e minute. Le Serbe Marko Pantelic réduit la différence à la 84e minute, pour établir le score final à 2-1.

Pour que l’Australie s’avance, elle avait besoin d’une victoire et d’un résultat favorable dans l’autre match du groupe, chose qui n’est pas arrivée, l’Allemagne gagnant devant le Ghana.

La Serbie avait de grosses chances d’aller dans les 8es, les joueurs entraînés par Radomir Antic ayant le moral élevé après la victoire devant l’Allemagne (1-0). Prémisse insuffisante, car la Serbie s’est inclinée de façon surprenante devant une équipe plus motivée, l’Australie.

Mondial fini pour les Bleus

dans: afrique du sud 2010 par: admin

gignacLe groupe A du Mondial 2010 a enfin établi ses gagnants, et la France ne se retrouve pas dans ce camp. Les Bleus ont quitté la compétition d’Afrique du Sud, la tête baissée, après une dernière défaite face au pays-hôte, score 2-1.

Les hôtes ont ouvert le score à la 20e minute, lorsque Lloris a fait une sortie risquée sur un coup de coin des Sud-Africains. Khumalo a envoyée la balle dans le but sur un coup d’épaule. La formation de Domenech a été estropiée six minutes plus tard, une fois avec l’expulsion de Yoann Gourcuff, qui a commis une faute (involontaire) dans la surface de réparation. Le carton rouge a été le signe du débâcle. Les Sud-Africains ont majoré leur avance jusqu’à la mi-temps, Mphela inscrivant d’une position centrale, à la 37e minute.

Envoyé en terrain dans la deuxième période de jeu, Malouda a marqué le seul but de la France: dans la 70e minute, Ribery s’engage en attaque à gauche, le portier Joseph vient à sa rencontre, mais Ribery parvient à centrer devant la cage pour Malouda, qui marque!

Un but dit « d’honneur », après tant de déshonneur que les Bleus se sont fait eux-mêmes avec les disputes interminables dans le vestiaire, culminant par le scandale « Anelka » et tout ce qu’il s’est ensuivi. C’est fini. La France avait pris le mauvais départ à ce Mondial, avec une qualification après la faute de main de Henry devenue légendaire, dans le match de barrage contre l’Irlande. Ce ne fut pas de bon augure, car les Bleus quittent prématurément la compétition, agenouillés.

L’Uruguay et le Mexique se sont retrouvés le 22 juin dans « le match des vainqueurs ». Les probabilités étaient en leur faveur même avant les deux rencontres finales (France-Afrique du Sud, Mexique-Uruguay). Et même s’il y avait des doutes quant à l’honnêteté de la partie, les Sud-Américains ont montré qu’ils voulaient à tout prix rester sur la première place du groupe, pour éviter l’Argentine dans les 8es. Le seul but de la partie a été marqué à la 43e minute: Forlan déplace le jeu sur le côté droit, jusqu’à M. Perreira, et ce dernier centre juste à point pour le coup de tête de Suarez.

Le Mexique finit le deuxième du groupe, en 8es allant affronter l’Argentine de Maradona.